Le guerrier pacifique et mes migraines

Voici 40 jours que je me suis engagée sur la voie du guerrier pacifique. En quoi cela consiste-t-il et qu’est ce que c’est ?

Je suis une personne dynamique avec des obligations comme beaucoup de personnes. Je m’impose aussi beaucoup de contraintes car j’ai un degré d’exigence et de perfection élevé, aussi bien au boulot qu’à la maison. Je ne suis pas née comme cela, je le suis devenue. Je me suis construite afin d’éviter certaines situations ou contraintes désagréables pour m’en construire d’autres. Certaines ont une valeur morale pour moi.

La contrepartie, c’est une énergie très fluctuante dans mon corps. Je peux être dans une forme olympique à tout point de vue puis sentir mon corps se fatiguer. Généralement, c’est sans appel, je souffre alors de la migraine. Une vraie, celle qui vous vide, qui vous lance le côté du crâne. Celle qui mettra 4 jours à partir et qui vous pourrira bien les journées.

Pendant longtemps, j’ai accepté telles que d’être fatiguée et de subir mes migraines. Et puis, je me suis prise en main et entamée un parcours pour trouver une vraie solution : pour ne plus SOUFFRIR de la migraine, c’est agir sur les causes et non la conséquence. Dès lors je suis sortie du schéma classique de la médecine occidentale et allopathique.

Je saute plusieurs années. Il ressort après un long nettoyage du foie et du pancréas que l’énergie de mon corps change trop. Le Qi chinois s’exprime mal et mes reins souffrent, le prana indien est inconstant.

Et puis j’ai fait une cure ayurvédique de 3 jours ici en France. Le verdict est tombé : « Il est temps d’accepter que tu as tout posé pour vivre et profiter. » Pas la peine de regimber « Comment mais si je profite ». Non, je ne profite pas suffisamment. Je ne parle pas d’un plaisir hédoniste et égoïste auto centrée sur ma petite personne. Mais de lâcher les exigences auxquelles je faisais référence précédemment.

Mes vitres ont-elles besoin d’être nickel toutes les semaines ? Faut-il faire la poussière sous les meubles tous les weekend ? Dois-tu absolument aller à tel cours alors que tu as les courses, les RV chez le médecin, le jardin à nettoyer, les gâteaux à cuire et les cadeaux à commander ?

La réponse est bien évidemment NON. Il fat lâcher prise. Quelle est la valeur importante ? Si je cesse une « activité », qu’est ce que j’abandonne ? Si une trace persiste sur les vitres, y a t-il une de mes valeurs qui est attaquée ? Une valeur n’est pas un besoin. J’ai besoin que ma maison soit propre. C’est un fait, c’est une hygiène. Pour autant, est-il nécessaire de briquer tout absolument ?

Qu’est-il possible de tempérer ? Il faut faire la part des choses entre ce qui est fondamental du superflu, entre ce qui a été construit à travers un voile d’illusion (le maya indien) et est donc contraint et ce qui m’est indispensable vraiment ? On en revient alors assez souvent à la vision de nous ou plutôt la projection de notre jeux au regard de l’autre. Comme s’il nous était impossible de vivre sans passer au scanner de ce que pense l’autre. Fondamentalement, il y a ce jeu du « je », du petit ego qui est en définitive est seul et faible.

Ce n’est pas parce que je n’enlève plus la poussière derrière le frigo toutes les semaines (on dit « faire sa Monica », référence à Friends) que mon mari ou mes enfants ne m’aiment plus.

Plus loin encore : et quand bien même ? Je dis cela juste pour faire comprendre qu’encore une fois on tient compte de l’autre et pas de soi.

C’est cela la voie du guerrier pacifique. C’est reconnaître ses vraies valeurs, les siennes propres, celles qui sont indispensables et repousser doucement toutes les fausses contraintes qui pèsent lourdement sur les épaules. le pire actuellement c’est la notion du mérite au boulot. Toi tu es bien, tu es méritant. L’autre il est nul. Ça c’est de la pression, du stress, une horreur ! C’est la transcription de l’ascendant que veut prendre celui la prononce sur vous. Qui est-il pour décider que vous êtes méritant ? Le mérite n’est pas une valeur, cela peut être un facteur d’asservissement mental et de stress.

Attention, cela ne signifie pas qu’il faut tout révolutionner. Je vis dans une société, basée sur un contrat social d’égalité entre tous et de respect de chacun. Ce contrat social (relisez Rousseau et Voltaire) est basé sur le droit, une règle normée, et l’honnêteté.

Cette honnêteté, j’en ai parlé : SATYA (voir Satya, vérité et sincérité). Je pense qu’elle est fondamentale afin de déchirer ce voile d’illusion et permettre ce travail sur soi de devenir un guerrier pacifique, d’être dans la « juste action ».

Ce titre le guerrier pacifique, il est tiré du livre de de Dan Millman « Le guerrier pacifique » (au passage le film est un navet), roman dit initiatique. Par certains passages, je pensais à Karaté Kid. Je ne vais pas faire de résumé du livre mais il est rappelle la nécessité d’être dans l’instant présent, de faire preuve d’empathie, d’écoute et d’observation. Bref de la sagesse.

Pour ce qui me concerne,n parce que je suis comme je suis, je suis une guerrière mais qui introduit de la paix et de la sérénité dans ma vie, qui ralentit, qui cesse de courir à droite à gauche, qui ose dire non, qui dit oui après réflexion. Une personne qui essaie de faire attention à son vocabulaire pour modifier sa façon de penser.

NB : oui il est possible de travailler sur son cerveau : celui-ci est malléable. Les neurosciences ont tant à nous apprendre (j’y reviendrai dans quelques temps).

Depuis, le guerrier pacifique que je suis ouvre encore plus ses oreilles, met de l’espace dans son corps et dans sa tête. J’ai ralenti. Et quand, je sens venir une migraine, je ralentis encore plus, je lâche du lest et je fais du yoga !



Catégories :Pratiques

Tags:, , ,

5 réponses

  1. J’ai lu avec intérêt plusieurs de vos posts. Et celui-ci m’interpelle. Je ne souffre pas moi-même de migraine mais je connais un peu car plusieurs membres de ma famille en souffre. Chez la femme, je sais que c’est lié au surmenage et aussi aux fluctuations hormonales dû au cycle mentruel. J’ai bien envie de vous recommander la lecture de Un joyau pour la femme de Geeta S. Iyengar qui est franchement un livre des plus précieux, et qui a transfiguré ma pratique de yoga. Plusieurs pratiques sont proposés pour supporter le cycle hormonal. Voilà.

    J'aime

    • D’abord merci de me lire : cela me fait infiniment plaisir. J’ai eu en mains le livre de Geeta Iyengar mais j’avoue être un peu passé au travers. Je vais le revoir. Je trouve certaines postures de yoga restorative super pour moi. Mes migraines tendent à disparaître. De plus sur certaines postures d’équilibre je force sur les cervicales. J’écrirai un article imagé pendant les vacances … en tous les cas merci pour le conseil ! NAMASTE

      J'aime

  2. C’est vrai que le livre est truffé de conseils éparpillés un peu partout. Le chapitre 10 est particulièrement riche dans ce type d’informations. Au prochain article!

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Mon yoga : le vinyasa et le forrest yoga – Le blog yoga de Caro Caro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :