Migraines ! Qu’est ce qu’on peut faire ?

Ah ! voilà un article qui me tient à cœur : les migraines ! En effet, je suis migraineuse depuis que j’ai commencé à travailler. Et oui … déjà il est possible d’en déceler les origines et peut être les causes.

Mais d’abord, qu’est ce qu’une migraine ? Il faut la distinguer du mal de tête.
Le mal de tête le plus courant est la céphalée de tension. Sa douleur est diffuse, de légère à modérée, et non pulsatile.
En revanche, la migraine, qui dure entre 4 heures et 72 heures, est pulsatile et touche la moitié du crâne. Elle est parfois aggravée lors d’un effort physique. La migraine s’accompagne soit de nausées, voire de vomissements, soit d’une intolérance à la lumière et au bruit.

Les explications biologiques. Il y a 4 types d’hypothèse sur la question de l’origine de la migraine :

1/ L’origine vasculaire : à travers deux épisodes successifs

  • une vasoconstriction (diminution du diamètre des vaisseaux sanguins) à l’intérieur du crâne,
  • une vasodilatation

2/ L’origine nerveuse : la vasodilatation peut être causée par l’action de différentes cellules nerveuses

  • le nerf trijumeau a un rôle de perception de la sensibilité de la face. Il innerve aussi la plupart des vaisseaux sanguins intra- et extra-crâniens. Ce nerf comporte trois branches qui convergent vers un ganglion. Les neurotransmetteurs présents dans ce ganglion peuvent être libérés et conduisent à une vasodilatation.
  • les noyaux du raphé (ensemble de structures sous-corticales du cerveau, elles sont présentes au niveau du bulbe rachidien, du pont et du mésencéphale) contiennent des neurones dont le neurotransmetteur est la sérotonine.

3/ L’hypothèse neurovasculaire : pour une raison inconnue, l’hypothalamus et une partie de la région haute du tronc cérébral se mettraient à sécréter de la noradrénaline et de la sérotonine. Ceci conduirait à une vasoconstriction de certains vaisseaux sanguins, d’où une diminution du débit sanguin. Certains neurones sont alors excités et cette excitation se propage de l’arrière vers l’avant du cerveau. Cette « onde d’excitation » est suivie par une « onde de dépression » correspondant à une phase de récupération des neurones. L’onde de dépression stimule les nerfs trijumeaux. Ceux-ci provoquent une vasodilatation et une inflammation des méninges. L’inflammation conduit au mal de tête.

4/ L’hypothèse plaquettaire : En plus d’être présente dans les noyaux du raphé, la sérotonine se trouve aussi dans les plaquettes sanguines. Lors des crises de migraines, les plaquettes semblent capter moins de sérotonine, d’où l’hypothèse de l’existence chez les migraineux d’un facteur de libération de la sérotonine qui conduirait à la vasoconstriction.

(NB : les 4 hypothèses sont issues de synthèse d’article du site FUTURAMA)

Les symptômes. Ils sont nombreux et il est inutile d’en faire un catalogue. De même que pour les déclencheurs de la migraine. Ils diffèrent pour chaque personne : fatigue, repas riche, aliments déclencheurs, stress, pression atmosphérique, alcool …

Ce qui est certain, c’est qu’il s’agit d’une maladie invalidante.

Alors qu’est ce qu’on peut faire ?

C’est là, la partie intéressante. Chacun a ses trucs. Mais je parle de migraine pas de maux de tête. Ayant été sous triptan, ayant développé très rapidement une accoutumance à ces médicaments coûteux. Sachant qu’ils sont aussi des produits dangereux, je me suis tournée vers une médicamentation légère (ibuprofène de base et paracétamol / aspirine) et surtout une prise en charge en amont.

Car ce qui est difficile pour une maladie comme celle-ci, c’est de voir des médecins qui ne travaillent pas sur les causes mais sur les effets.

Pour ce qui me concerne, et uniquement moi, à vous de vous inspirer de mon parcours à ce niveau ou pas, je mélange acupuncture et ayurveda. Le mélange des deux médecines holistiques m’ont permis de nettoyer mon foie et ma rate bien engorgés. Et maintenant, de travailler sur la stagnation de l’énergie dans certains points du corps.

Un corps sain et sans migraine est un corps où l’énergie, qi, prana, circule librement et partout.

Le yoga est à la base ensuite d’un entretien de tout le corps et de la tête. Développer la conscience de ce qu’il se passe dans le corps, de déterminer l’arrivée d’une migraine et son origine (stress, fatigue, alimentation) et d’agir en conséquence.

Lors d’une crise, au vu de ce que je suis (personne dynamique, trop !, emmagasinant les responsabilités et les tensions), je suis l’équivalent d’une cheminée : la tête en est l’évacuation. Lorsque le feu brûle, le conduit chauffe et la migraine est là. Il faut refroidir le conduit.

Vous pouvez vous appliquer une serviette mouillée sur la tête (cela marche du tonnerre en été quand il fait chaud) ou de l’huile essentielle de menthe poivrée. Et boire, car la déshydratation entretient le feu intérieur.

Enfin, quelques postures de yoga font du bien. J’ai testé un bandeau autour de la tête qui enserre légèrement les tempes après avoir déposé un peu d’huile essentielle de menthe poivrée. J’ai été bluffée par les résultats. Cela marche encore plus lorsque vous faites tout cela au tout début de la crise.

Préparez votre tapis de yoga, un bandeau pour les yeux, des oreillers, bolsters et couvertures pour les postures.

20190113_152801.jpg

Première posture : semi allongé sur une table pendant 5 minutes

20190113_153143.jpg

Evitez la musique et simplement détendez vous progressivement sur la table. Laissez votre abdomen se déployer, les épaules tomber sur les côtés. Pliez les genoux, les articulations ne devant pas être sollicitées. Et respirez très profondément. La respiration doit se faire ventrale. Sentez votre abdomen se gonfler et se dégonfler. Sentez votre corps s’élargir avec la respiration. Cela demande une vigilance portée sur la respiration. La respiration devient consciente : vous êtes focalisé dessus.

Deuxième posture : ouverture du cœur

20190113_153716.jpg

Ça fait un peu « échappé de l’hôpital », mais bon l’idée c’est de vous montrer un corps relâché et puis je ne concours pas pour Miss France. Allongez vous sur un bolster de la base du cou jusqu’aux talons. Sous le cou, roulez une serviette pour détendre la nuque. Jouez avec la hauteur de vos accessoires pour trouver la position idéale. Là vous allez rester 20 min.

Progressivement vous allez sentir vos épaules se relâcher complètement : les muscles de la poitrine, les pectoraux, vont s’étirer doucement, et vos omoplates vont descendre dans le dos. Les trapèzes vont aussi se relâcher. Les tensions vont se dissiper. Si vous souffrez du bas du dos, rajoutez un accessoire sous les genoux pour mettre en place une légère bascule du bassin qui va décomprimer les vertèbres du bas du dors. Si vous avez mal quelque part, surtout ne restez pas dans la posture : écoutez votre corps.

Je me suis déjà endormie ainsi !

Troisième posture : les pieds contre le mur, le bassin surélevé

20190113_153522.jpg

Là aussi, vous allez rester une vingtaine de minutes. Ainsi poisitionné, vous agissez sur le nerf vagal qui transporte beaucoup d’information entre le corps et le cerveau. Et là, il est demandé au corps de lâcher et au cerveau de sortir de son état de vigilance. (cf Stress, système nerveux et yoga : un peu de science)

NB : il peut être difficile de bien s’installer. Aidez-vous de vos coudes en vous surélevant et en vous poussant contre le mur !

N’hésitez pas à mettre une serviette sous le cou pour ne pas lui infliger trop de contraintes physiques.

Dernière posture : savasana avec bolster sous les genoux

20190113_153846.jpg

La posture parle d’elle même. Encore une vingtaine de minutes ainsi.

Ce qui est certain dans le traitement de la migraine, c’est que le stress est une cause marquante. Alors, prenez vraiment du recul. C’est idiot de se gâcher des journées entières. Arrêtez de courir inutilement. Certaines choses peuvent être repoussées dans le temps. Demandez à ce qu’on vous aide dans certaines tâches. Prenez le temps de respirer. Pas deux bouffées et je m’y remets. Ça, cela ne sert à rien ! Un peu de sincérité dans la respiration. Cette conscience vous devez l’installer tous les jours un peu plus. Continuez d’essayer tous les trucs jusqu’à trouver le bon. C’est vrai, un migraineux est sacrément handicapé et il souffre de ses migraines. Mais vous n’êtes pas victimes. Je suis persuadée qu’un jour je n’aurai plus de migraine. J’en ai déjà réduit non pas les fréquences mais l’intensité et c’est une ENORME victoire.

Maintenant je sens aussi quand mes muscles se contractent sous l’effet du stress. A moi de réaliser ces postures, de respirer. Enfin, il est toujours possible d’agir avec une petite balle de massage sur les endroits douloureux.

Et puis en temps de non crise, poursuivez :

– le yoga

– les exercices de respiration (respiration complète du plancher pelvien aux clavicules)

– l’ouverture du cœur avec un bloc/ ballon sous les omoplates avec une musique travaillant sur des fréquences apaisantes (il y en a plein sur les réseaux sociaux)

-et le yoga nidra et son sankalpa (cf Qu’est ce que le yoga nidra ? et SANKALPA : le pouvoir de l’intention).

SHANTI SHANTI SHANTI

NB : les postures sont issues du livre de Judith Lasater Relax and renew. C’est du yoga restauratif ! et c’est top !



Catégories :Pratiques

Tags:, , , , , , , , ,

3 réponses

  1. MERCI CARO mes maux de tête actuels sont liés à un problème de FA FIBRILLATION ATRIALE ASYMPTOMATIQUE je sens les battements accélérés du coeur dans ma tête, on vient de me donner les médicaments pour réguler ; tes conseils sont très utiles pour les migraines et la menthe utile, chez certains berbères (ma belle mère était berbère) ils font un bandeau de feuilles de menthe fraîche froissée posée sur le front pour diminuer la douleur… merci pour tes conseils gab

    Aimé par 1 personne

Rétroliens

  1. Je refais une formation professeur de yoga … !! – Le blog yoga de Caro Caro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :