Apavarga et Bhukti dans le Tantra

Souvenez vous ! En février, j’écrivais un court article sur Bhoga ou la jouissance de la vie.

Je suis loin d’avoir fini d’étudier, d’approcher, d’appréhender la philosophie du tantra. D’autant qu’en fouillant dans mes livres pour écrire un article complet, je me rends compte qu’il s’agit d’une mission impossible. J’ai encore trop trop de choses à apprendre puis à (m’)appliquer.

Apavarga tout comme Bhoga se retrouvent notamment dans le sutra 18 du Sadhana pada de Patanjali.

prakasa kriya sthiti silam bhutendriyatmakam bhogapavargartham drsyam

« La nature Prakriti, ses trois qualités , sattva, rajas et tamas, et ses produits, les éléments, le mental, les sens de perception et les organes d’action, existent éternellement pour servir le témoin en lui permettant de jouir de l’expérience sensorielle ou d’en être libéré. » (Iyengar Lumière sur les yoga sutra de Patanjali)

Iyengar écrit que « toutes ces caractéristiques et qualités sont établies dans les éléments de la nature, les sens, le mental, l’intelligence et l’ego. Ensemble, ils fonctionnent harmonieusement sous forme d’illumination, d’action et d’inertie, permettant au témoin de jouir des plaisirs du monde ou de s’en écarter pour faire l’expérience de la libération ».

Je cite à escient Iyengar car l’exégèse qui est faite des Yoga Sutra s’éloignent quelque peu de la définition tantrique des mêmes notions. En effet, je saisis dans les Yoga sutra que la libération ne peut se faire qu’en dehors de ce monde, en s’en excluant.

Si séduisant que cela puisse paraitre, je ne peux me tourner complètement vers cette définition. D’abord parce quelle est inatteignable pour ce qui me concerne : je souffre d’attachement (par exemple mes enfants) et je ne pense pas pouvoir me retirer du monde afin d’atteindre cette forme ultime de liberté. Et ce, bien que la question des attachements soit super importante et je suis en pleine réflexion là dessus. ..Mais j’ai plus tendance à penser que le mieux pour moi est d’ETRE acteur. C’est mon côté RAJAS qui ne peut rester sourd (demandez à ceux qui me côtoie, je n’arrête pas : de faire, de parler, de bouger …). Et c’est pourquoi ,j’embrasse plus les définitions issues de la philosophie tantrique.

En effet, Apavarga constitue un volet important du tantra. C’est un mot sanskrit qui veut dire libération, émancipation. De fait, quand on vit pleinement, on met fin au conflit et on s’émancipe. C’est aussi vivre l’unité en vivant dans le monde en étant libre des contingences sociétales. Il ne s’agit pas de vivre en dehors du monde mais de vivre dans le monde tout en expérimentant son unité.

Bhukti c’est l’accomplissement. Le tantra nous enseigne que la connaissance de soi et l’autonomisation nous incite à faire les choses qui reflètent l’éclat de notre âme. Ce qui veut dire vivre une vie qui a une signification pour nous mais aussi qui a un rôle dans le dessein du grand Tout auquel nous appartenons.

Ce sont deux notions plus séduisantes pour moi : elles appellent à vivre l’unité (j’aime bien le mot ONENESS en anglais) tout en étant de ce monde.Mais c’est quoi l’unité ? Ha ! Je pense qu’on sent l’unité quand on est à sa place sans prise de tête (cf mon article Yoga féroce ou coup de gueule ….). Pas d’interrogation, ni de remise en cause. Pas de crise de la 40aine ou 50aine. On est là. On accepte sa vie avec ses bonheurs et ses malheurs sans se dire « et si … ». C’est trouver dans chaque moment, et même dans ceux où on souffre physiquement ou même mentalement, un espace de silence sans heurt, comme si la vague des émotions s’aplanissait. C’est sentir que son corps, sa peau, ses organes sont à la fois petits et immenses. Nous sommes fait d’atomes. C’est l’infiniment petit. Ces atomes, on les retrouve dans l’infiniment grand, l’Espace, l’Univers. Notre microcosme est aussi le macrocosme du monde et inversement. Tout est en nous et en-dehors de nous.

Cette unité, c’est peut être accepté aussi ce que l’on est : ni superwoman, ni un être parfait. Je suis pleine d’imperfections et de défaillances. Je suis de terre glaize et je me façonne comme je peux au cours de mon existence terrestre. J’essaie d’appartenir à un monde et de contribuer à sa construction. J’avoue que le communion avec tous c’est pas gagné : c’est donc qu’il y a du chemin. Tout comme les attachements et les attentes limitent cette libération.

Comment faire ? C’est difficile. Je me dis qu’il faut réussir à respirer dans ses attentes. Pourquoi attendons nous ? Nous avons des désirs et parfois ceux-ci procurent du plaisir. Alors nous avons des attentes. mais souvent celles-ci sont source de souffrance. Et on est suffisant bête (mais là c’est notre cerveau qui ne nous rend pas service) pour continuer à avoir des attentes. Cependant, quand on s’aperçoit d’une attente, on peut la travailler, en faire baisser le niveau d’intensité. J’ai des attentes. Elles sont terribles. La semaine dernière j’ai eu une attente. Non réalisée. J’en ai pleuré. Puis j’ai été en colère car j’avais eu cette attente. Elle a disparu. Et alors elle s’est réalisée. Parce que je me suis respectée. D’ailleurs souvent l’attente est liée à une autre personne : rendons nous compte du poids pesant sur les épaules de cette personne … Lever cette attente c’est la respecter aussi.

Et puis il y a les attachements. L’attachement à la famille, à la maison familiale, à un pull, à un endroit, aux amis, à une lettre, une photo. Bon hormis la famille.. et encore .. mon fils devrait quitter le cocon familiale … va bien falloir que je le laisse partir vivre sa vie… Pourquoi suis-je attachée à cet endroit ? Le fait de ne plus revenir à cet endroit va-t-il me faire souffrir ? Supprimer un texto va-t-il faire disparaitre la personne qui l’a écrit ? Vais-je souffrir ? Ces attachements, c’est notre cerveau et la société qui les produisent. On peu vivre sans ses attachements. Il faut juste les voir vraiment et respirer dedans et se laisser le temps. On se rapproche d’une libération. Ce ne sera pas celle des différentes philosophies et spiritualités qui l’ont abordée mais ce sera déjà ENORME !

 

SHANTI



Catégories :Philosophie

Tags:, , , , , , , , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Les Veda – Le blog yoga de Caro Caro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :