Les gunas

Le mot Guna (sanskrit IAST : guṇa ; devanāgarī : गुण) signifie « fil, corde ; qualité, propriété ; subdivision, catégorie ; mérite »; le fil dont est tissé l’univers.

Prakriti, la nature primordiale, est constituée de 3 formes d’énergie spécifiques : les GUNAS, à la fois matières, substances, caractères et mode d’existence de la nature.

Tamas, Rajas, et Sattva sont les 3 qualités primordiales de l’existence et contiennent tous les principes (les tattva) constituant le cosmos.

SATTVA est la qualité de stabilité, d’harmonie, de vertu, d’être. Elle est légère et lumineuse. Elle permet l’éveil et le développement. C’est le principe de l’intelligence.

RAJAS est la qualité d’activité, de turbulence, de mouvement. Il est la cause des actions désintéressées et conduit à la désintégration. Il peut créer peine et souffrance. C’est le principe de l’énergie.

TAMAS est la qualité de l’inertie et de l’obscurité. Il est dense et lourd. Il cause la dégénération et la mort. C’est le principe de la matérialité.

Sattva (le feu) et Tamas (terre) sont présentés comme des énergies inactives quand rajas (l’air) est la véritable force active qui anime les deux premières.

Les gunas dans les textes

Dans la conception védique les gunas correspondent à la trimurti : les trois formes du Divin : Vishnu, Brahma, Shiva, qui incarnent les processus de préservation, création et destruction. Tous les trois sont indispensables pour l’existence de l’Univers, comme le lever et le coucher de Soleil (sattva), le jour (rajas) et la nuit (tamas) sont indispensables pour le l’avancement du Temps.

Sāṃkhya et Yoga

Pour le Sāṃkhya et le Yoga, les gunas se répartissent en trois substances essentielles :

  • sattva, la pureté, la vérité ;
  • rajas, l’énergie, les passions, la force, le désir ;
  • tamas, l’obscurité, les ténèbres, la lourdeur, l’inertie.

Ces trois guṇas, indépendants en eux-mêmes, s’entremêlent sans cesse dans la nature différenciée et leur action réciproque commande toute l’évolution de la matière. Il importe de cultiver Sattva dans un premier temps, puis de le transcender.

Tatparam puruṣakhāterguṇavaitṛṣṇyam  Yoga Sutra 1.16

तत्परं पुरुषख्यातेर्गुणवैतृष्ण्यम् । (१-१६)

Le niveau le plus élevé de non attachement , conduisant à la réalisation de soi, commence quand l’aspirant est libéré de toutes formes de désir, incluant les désirs résultant du jeu des forces sattvique, rajasique et tamasique de la nature.

Selon le Hatha Yoga Pradipika, » Le but des asana est donc de maîtriser rajas (l’agitation) et tamas (l’inertie) et d’accroître la proportion de guna sattva dans le corps”. Cela signifie réduire la chaleur, l’agitation et de créer le calme et la paix dans le corps et l’esprit. Les asanas permettent de passer d’une suractivité physique, physiologique et psychique à un état de relaxation et de repos dans lequel il sera aisé de rester assis et de méditer. La réduction de rajas n’est pas suffisante. Les asanas doivent aussi permettre de réduire tamas, l’inerte. Or tamas est très présent dans nos sociétés sédentaires au régime alimentaire lourd. Tamas est souvent à l’origine de la dépression et de l’obésité. Tamas va être réduit par une pratique vigoureuse et régulière des asanas.

Bhagavad-Gītā

Dans le chapitre quatorze de la Bhagavad-Gītā est exposée la triade (triguṇa) composée des trois qualités inhérentes à la Nature Originelle (Prakṛti). Dans ce chapitre Krishna explique de manière détaillée à Arjuna la nature des trois guṇa. Ces trois guṇa sont :

  • sattva : la vérité qui est attachée au bonheur et à la connaissance;
  • rajas : l’instinct lié aux tendances et à l’action;
  • tamas : l’obscurité qui procède de l’ignorance (avidyā) et qui enchaîne le Jīva à la stupidité, la paresse et l’engourdissement.

 

Pour l’ayurveda, les gunas sont :

  • rajas, actif, crépuscule ;
  • tamas, passif, obscurité, nuit ;
  • sattva, neutre ou équilibrante, lumière, jour.

Deux lois régissent les gunas :

  • l’alternance (ces trois forces s’affectent mutuellement) ;
  • la continuité (lorsque l’une de ces qualités est dominante elle le reste un temps déterminé).

 

91U0t8F9-kL._SX425_

L’ayurveda considère par exemple que la maladie, surtout chronique est la conséquence d’un état tamasique, d’une accumulation de toxines dans le corps et de pensées et émotions négatives au niveau de l’esprit.

Rajas est la force, le mouvement qui permet de passer d’un état tamasique à un état sattvique (ou l’inverse).

Sattva permet aux sens d’être ressentis par les organes sensoriels.

Rajas permet l’action des organes moteurs et Tamas crée l’expression des 5 éléments. Les gunas alimentent les éléments :

  • l’éther vient de sattva (clarté)
  • le feu vient de rajas (énergie)
  • la terre vient de tamas (inertie, la masse)
  • l’air vient de sattva et de rajas (légèreté et mouvement)
  • l’eau est composée de rajas et de tamas (mouvement et inertie)

Ces qualités bien souvent se mélangent ouvrant ainsi un champ plus large de possibilités comme sattva rajasique, sattva tamasique, rajas sattvique…

David Frawley prend l’exemple de la lampe à huile pour faire comprendre les interactions des gunas. La lampe, lourde, qui contient l’huile, reste stable sur le sol, inerte dans sa nature tamasique. L’huile, dont les propriétés sont le mouvement par l’écoulement du liquide, symbolise la qualité rajasique. La mèche, en pur coton blanc, illustre sattva. L’interaction de ces éléments produit la flamme.

L’expression unique des gunas au sein de chaque individu confère à une personne son identité propre.

Il est intéressant de s’observer pour voir tour à tour les gunas s’imposer. Pour autant, sans Tamas, nous ne dormirions pas. Sans Rajas, nous ne bougerions pas. Sans Sattva nous serions incapables de ressentir avec clarté et sagesse la vie. Trop de Rajas est éreintant et peut mener à l’épuisement de l’énergie. Trop de Tamas conduit à l’inertie et à la mort lente. On dit que le yoga conduit à un état sattvique, lumineux, clair.

Notre condition mentale ordinaire est une combinaison de nos états de clarté, mouvement/agitation et l’inertie . Le yoga sert à revenir à l’état mental originel de la qualité sattvique. Il est le véhicule vers la pure conscience. C’est pourquoi, le yoga met l’accent sur le développement de sattva.

Pas la peine de vous faire une dessin, en hiver, le matin, Tamas sera prépondérant : une pratique dynamique vous aidera à sortir de la léthargie et ce soutenu par un Ujjayi vigoureux. C’est le moment de vous mettre au Forrest Yoga (cf Je refais une formation professeur de yoga … !! et Mon yoga : le vinyasa et le forrest yoga). En été, à midi, méfiez vous de rajas ! Une pratique plus douce, type yin yoga, et la focalisation / concentration de l’esprit avec Mantra, affirmations et visualisations vont permettre de réduire l’agitation de Rajas. Et pour Sattva ? Savasana, Yoga Nidra, Méditation, chants dévotionnels et puis pratique, pratique, pratique. Ne jamais s’arrêter, persévérer. Vous pouvez utiliser de la sauge ou de l’Agua de Florida (personnellement j’adore) pour purifier votre espace. Voyez votre corps comme un espace sacré. Voyez votre esprit comme une fleur lumineuse. Privilégiez des méditations sur la lumière, la gratitude et la bienveillance.

 

172088-OWJU41-222

 

 

 


 



Catégories :Philosophie

Tags:, , , , , , , , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. La sagesse des Yoga Sutra – Le blog yoga de Caro Caro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :