Notre connexion ..

Je suis en train de dévorer le livre de Marianne Grasselli Meier (merci Vaness !), « Le réveil des Gardiennes de la Terre » dont je vous mets en lien une interview radiophonique (https://youtu.be/FxaYZcYf5Go).

Aujourd’hui, je ne vous parlerai pas du livre, cela viendra en son temps. Mais d’une phrase : « La posture initiale est d’être connectée. Vous vous éveillez, mais où et comment ? Etre connecté pour l’être humain, modernus ordinatorus, c’est d’avoir un raccordement à son ordinateur ou à sa télévision. (…) décrivez en quelques mots ou dessinez sur une feuille de papier comment votre style de vie peut vous éloigner de la Nature. »

Et là ? Bing ! A l’heure du confinement, on est tous hyperconnecté. A cette seconde précise, je suis même les doigts sur mon ordinateur pendant ma pause méridienne en télétravail pour vous écrire ceci, délaissant, et c’est un comble, mon fauteuil à l’extérieur au soleil.

Et oui, force est de constater que notre connexion est d’abord une connexion par machine interposée… Mais quelle horreur ! Nous avons le sentiment d’être en lien via écran interposé alors qu’il n’en est rien. Je ne parle pas de connexion sociale, au malheureux sens où l’entende beaucoup de gens : à savoir le lien avec le vendeur dans les magasins ou le fait de parler parler sans écouter. Le covid a cela de particulier : il a multiplié à outrance les mini liens et les liens à sens unique. Êtes-vous sûr quand vous téléphonez d’être dans un ECHANGE ? OU bien êtes vous le récipient des malheurs et complaintes de votre interlocuteur (ou bien l’inverse d’ailleurs) ?

Au delà de ça, même si je m’accommode du confinement, mon rapport à la Nature a forcément changé. Et là, je reconsidère le passé, pas si lointain d’ailleurs. Oui, je passe énormément de temps sur les liens sociaux. D’abord sur mon blog. Et puis sur Facebook et instagram. J’essaie d’entretenir du lien pensé mais le geste pour « aimer » est presque impulsif, parfois sans même lire le texte, ou en me disant, je regarderai après. De la connexion, je me déconnecte. Trop de contenus. Un trop plein, voilà à ce que me mène la connexion digitale. C’est encore plus vrai aujourd’hui. Pendant ce confinement, j’ai eu du mal d’abord à faire face à l’afflux de propositions alléchantes. Comment faire cela alors que mes heures de travail sont fixes ? Comment caser un truc entre midi et deux quand je suis avec mari et enfant ? Comment caser ça en fin de journée, alors qu’il y a tant à faire à la maison, téléphoner à ma mère et à mon fils toujours à perpète les oies, le temps que la SNCF reprenne un peu son trafic ? J’ai été en colère et puis c’est passé. J’ai sélectionné deux super formations et je les ai coincées dans les moments où je suis seule. J’avance à mon rythme.

Par contre, ma connexion à la Nature prend une teinte toute différente. J’ai la chance d’avoir un jardin où je plante, nettoie, et réaménage mon potager. Mon plaisir c’est d’aller voir chaque jour mes semis, parler à mes rosiers et à mes pins, écouter les oiseaux tôt le matin et les reinettes dans le silence du soir. D’ailleurs le silence, on ne l’a plus que le soir. Parfois, même souvent, je me questionne sur le respect du confinement, tellement il y a de circulation …

Plus de ballade dans le massif de St Cyr Carpiagne. Mes rêveries s’arrêtent à la clôture de mon jardin. MAIS, mais, la connexion n’a pas besoin de tout le temps « s’évader ». Je me ballade pieds nus, je mets régulièrement mes mains dans la terre. Je suis heureuse quand je croise des gros vers de terre (et oui, cela veut dire que la terre est pile poil comme il faut). Je bade devant les nuages et les étoiles. Elle est là la connexion.

Alors moralité ? Moralité, je vais passer moins de temps sur mon téléphone et mon ordinateur pour profiter encore plus de l’air, de l’extérieur, des fleurs, des arbres, de la faune du coin. Si je ne peux me retrouver au sommet d’une montagne là à l’instant précis, rien n’empêche de réinventer ma Nature et d’y passer plus de temps. Alors oui à la connexion matérielle mais en la limitant car nous y passons décidément et superficiellement trop de temps !



Catégories :Réflexions

Tags:, , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :