La sagesse des Yoga Sutra

Pendant le confinement, j’ai été diablement tenté. Tenté par toutes les formations en ligne qui s’offraient à moi. Sans déplacement. Quelle tentation ! Tentation en partie assouvie. Bien qu’en télétravail à 100 %, je me suis inscrite à diverses formations. Cette tentation m’a coûté cher ! Non pas en argent car j’ai fait attention mais en énergie. J’ai presque été trop gourmande. Mais heureusement, l’avantage de ces formations c’est que j’ai accès ad vitam aeternam aux enregistrements.

Il y en a une que j’ai suivi avec bonheur. Rendez vous régulier d’une petite demie heure pour chanter les yoga sutras avec Anne Nuotio dont je vous ai déjà fait le portrait (Portrait : Anne,l’écoute subtile). J’adore chanter avec elle. Non seulement je progresse mais en plus tout d’un coup, je saisis la signification des sutras jusqu’alors inaccessibles pour moi !

Chacun a sa méthode : le chanting a cette vertu de me poser là à un endroit bien précis quand d’autres pratiques, bien que plaisantes, ne parviennent pas à m’ancrer complètement. En même temps que je chante, je relis les commentaires en français des sutras. La Science du Yoga de Taimini est un traité très complet des yoga sutras et qui revient sur les notions de base pour bien comprendre les aphorismes. Je suis loin de tout avoir lu mais ils m’apportent un éclairage très précis, aspect que j’apprécie particulièrement. Anne qui était ma prof de chanting lors de ma première formation professeur et qui nous avait donné des angles de compréhension des yoga sutra avaient conseillé la lecture de Patajanli et les yogas sutras de Jean Bouchart d’Orval. Celui-ci fait pas mal de rapprochement avec le Christ. C’est assez original. E tous les cas, cela souligne l’universalité des Yoga sutras. Selon moi, Patanjali n’a pas écrit un texte religieux comme je le lis parfois. Il n’y a pas de dieu évoqué, à l’exception d’Isvara. Mais Isvara est intérieur, c’est le Soi, l’Univers, la Conscience Pure. Je reviendrai sur d’autres livres sur les yoga sutra plus tard. Beaucoup sont en cours de lecure : c’est mon problème ! Je veux tout savoir et du coup je ne sais rien car je m’éparpille. Première leçon : tout vient à point nommé. Chaque chose en son temps.

Comme j’ai aussi mis beaucoup de temps à écrire cet article. Je voulais une continuité chronologique dans mes écrits sur les textes du yoga. Ici nous faisons un grand bond en avant entre le Samkhya et les Yoga Sutra. Ils sont liés, c’est une bonne chose mais en même temps il y a plein de textes intermédiaires sympas à connaître dont les Upanishad. Mais voilà, le chanting m’a donné envie. Alors destructurons !

Les Yoga Sutra sont 195 aphorismes, versets, sourates. Des petites phrases. Souvent obscures. C’est pourquoi les yoga sutras ont été beaucoup commentés.

On ignore qui est vraiment Patanjali. Il aurait vécu entre -300 et 500 après Jésus Christ. Il s’agirait plutôt de la convergence en un nom de plusieurs personnes. Patanjali serait l’auteur des Yoga Sutra, d’un commentaire sur la Grammaire de Panini (qui est le texte fondateur de la syntaxe , sémantique et morphologie du sanskrit) et d’un livre sur l’Ayurveda. Selon la légende, il serait le fils tombé du ciel d’une grande yogini, Gonika. Celle-ci n’avait toujours pas de fils et priait les dieux. Ce sera Patanjali : Pata signifiant Tomber et anjali, offrande et mains jointes en prière. Arrivé sur terre sous la forme d’un petit serpent, il prendra forme humaine. C’est pourquoi, Patanjali est souvent représenté avec une queue de serpent. Il est assimilé à Shesha (ou Ananta ou Adisesa), le serpent à mille tête, qui sert de couche au dieu Vishnou.

Les yoga sutra s’enchainent comme un fil de pensée et s’ordonnent en 4 pada, qu’on traduit par chapitre mais n’oublions pas que pada désigne les pieds. Moi, je dirais 4 sentiers qui s’enchainent les uns après les autres.

  • le samadhi pada : l’extase, la grâce
  • le sadhana pada : la pratique
  • le vibhuti pada : le déploiement, les pouvoirs
  • kaivalya pada : la libération, la plénitude

Patanjali fonde le yoga en 8 membres : ashtanga yoga.

On y trouve :

  • les yama (II.30), principes universels – les réfrènements à avoir vis-à-vis de la société: ahimsa (la non violence, II.35), satya (la véracité, II.36), asteya (absence de vol, II.37), brahmacarya (continence, II.38) et aparigraha (la pauvreté, II.39)
  • les nyama (II.32), principes universels à avoir envers soi -même – les disciplines : sauca (pureté, II32 et II.40), santosa (le contentement, II.42), tapas (dédication, austérité, II.43), svadhyaya (l’étude des écritures et de soi, II.44) et isavra pranidhana (abadon total au Seigneur Suprême, II.45)
  • asana (II.46-48), la posture qui devra être sthira sukham : stable et confortable
  • pranayama (I.34, II-49-52), le contrôle (ayama) du souffle (prana)
  • pratyahara (II.54-55), le retrait des sens hors de leurs supports objectifs.

Ces 5 premiers pada s’ils sont supportés par tapas, le feu (II.1) et japa (I.28), la récitation du son OM, établissent les fondement de la sadhana, la pratique qui doit être répétée (abhyasa, I.12; IV.3).

Patanjali distingue alors les 3 niveaux de pratique (I.21-22) : mrdu (doux), madhyama (moyen) et adhimatra (intense).

Les 3 derniers pada sont :

  • Dharana (I.29, I35-39), la concentration, fixation du mental
  • Dhyana (I.29, II.11) : la concentration fermement maintenue
  • Samadhi (II.2, II.45, III.3) : l’enstase, la grâce, l’unification

Ces trois derniers pada forment le stade intérieur, antaranga (III.7) qui convergent ensemble, le samyama (III.4). On arrive alors à un état de non attachement, Vayragya (I.12, I.15-16, I.21, I.40, III.51). Comme pour la pratique, il y a divers degrés de détachement(I.15-16) :

  • yatamana : effort pour s’éloigner du désir
  • vyatireka : discernement de l’attrait des objets, des sens : le détachement
  • ekendriya : les sens sont détachés mais les impressions restent vivaces
  • vasikara : contrôle du désir
  • paravairagya : absence totale d’attachement

Ces 8 pada conduisent vers le contrôle des modification du mental, le cittavrttinirodha du soutra I.2. Mais avant d’arriver à NIRBIJASAMADHI (le samadhi sans semence, sans samskara; I.51), il faut aller au-delà de l’ignorance (avidya).

Il existe des états de samadhi qui dépendent d’un support : les SABIJASAMADHI.

Savitarka, nirvitarka, savicara, nrvicara, sananda et sasmita. Ils dépendent tous d’un objet qui comprend l’intelligence (buddhi) et le principe du « je » (asmita). Iyengar écrit que: « il est intéressant de noter que les 6 samapatti correspondent aux fonctions du cerveau. La source de l’analyse (savitarka) ou de son absence (nirvitarka) est le cerveau frontal. La source de l’investigation et de l’examen (savicara) ou leur absence (nirvicara) se trouve en arrière du cerveau. la joie (ananda) a sa source à la base du cerveau, et l’individualité (asmita), au sommet. » En pratiquant le yoga, le « sadhaka oriente son attention du grossier vers le subtil. Lorsqu’il atteint la maîtrise parfaite de la nature, comme le cerveau fait partie de la nature, il contrôle parfaitement les différents modes de la conscience. » (Lumière sur les Yoga Sutra de Patajanli)

Ce n’est qu’avec Nirbijasamadhi qu’on peut atteindre KAIVALYA, la libération des causes d’afflictions (les klesas, cf mon article les vrttis et les kleshas… tranche de vie à travers le yoga), du jeu des gunas (cf Les gunas et Les gunas). Alors et seulement alors Tada Drastuh Svarupe Vasthanam (I.3) : le témoin est établi dans sa propre nature. C’est la fin du samyoga ( interaction de Purusha et Prakriti – cf Pour comprendre la philosophie du Samkhya : une explication du monde …) : c’est la Conscience Pure ! Bref on revient au tout départ. Le yoga est une involution, révolution !

Je voudrais remercier Kent Burgess pour le crédit photo de la magnifique fleur en illustration. C’est un photographe hors pair et dont les messages plein de sagesse me touchent beaucoup au delà de la langue. Il m’a autorisé à utiliser gratuitement sa photo pour illustrer mon blog.



Catégories :Philosophie

Tags:, , , , , , , , , , ,

5 réponses

  1. Je pense que nous avons tous été tentés. Et c’est vrai que ce temps s’apprêtait bien à ça. De mon coté, les yoga sutras, entre autres, ont été et ils seront encore au rdv pendant encore quelques mois🤗

    Aimé par 1 personne

  2. caro, je n’évolue pas dans ton univers plein de sagesse et de progressions inspirées d’une philosophie universelle, mais te lire permet de comprendre que dans cette philosophie, la base c’est la respiration, le souffle, qui ouvre l’esprit, le coeur et le mental… Merci pour ta patience et ce chemin que tu m’aides à emprunter . Gabrielle

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :