Samkhya 2 : la composition du monde – les tattvas

Continuons notre exploration du SaAMKHYA, après Pour comprendre la philosophie du Samkhya : une explication du monde …. Je ne prétends pas tout expliquer, moi même devant faire des recherches. Mais petit à petit de nouveaux éléments se mettent en place dans ma compréhension du SAMKHYA et de la façon dont moi, aujourd’hui, je peux en tirer des enseignements pour continuer d’évoluer.

L’enseignement du SAMKHYA a pour but la connaissance de la structure de l’univers aussi bien spirituel que matériel. Le monde matériel est caractérisé par la transmigration des âmes et la souffrance de l’homme. Le SAMKHYA nous convie à savoir ce qu’est le monde manifesté, s’il existe un non-manifesté et ce qui, en nous, peut connaître le manifesté et le non manifesté.

Le SAMKHYA philosophie du dénombrement, donne la primauté à la connaissance, jnana. L’idée majeure du SAMKHYA et qu’on retrouve dans la philosophie indienne est que l’effet réside déjà dans la cause(le satkaryaveda). La prakṛti n’est pas seulement la cause matérielle, mais aussi la cause logique (SK 10) ; le corps subtil, celui qui transmigre pour prendre corps lors d’une nouvelle naissance dans une relation de cause à effet (SK 42), est appelé liṅga (SK 40), « dont on infère quelque chose » (SK 5) ; enfin le premier principe né de l’union entre la prakṛti et le puruṣa, le plus subtil, qui structure les mondes intérieur et extérieur, c’est l’intellect (la buddhi) qui finalement mène à la libération, appelée « isolation » (kaivalya), c’est-à-dire plénitude, du puruṣa.

Le dénombrement des réalités élémentaires, qui sous tend la connaissance du monde, sont au nombre de 25. C’est Purusha qui en se rapprochant de Prakrti va déséquilibrer les gunas (voir mon précédent article sur Les gunas). Pourquoi ? Cette évolution, cette involution, a lieu afin d’offrir aux purushas un champ d’expérimentation qui va les conduire à la liberté absolue, détachée de toute souffrance. La rupture du caractère illusoire de la matière, consacré par avidya, est une délivrance, kaivalya. Ce n’est ni le bonheur, ni l’accès à un monde supérieur, ni même un avantage quelconque. C’est la fin de la souffrance, la libération, la consécration d’une attitude qui minimise l’aversion et l’attachement, l’identité de Purusha et de Prakrti. La mise en branle du processus évolutif du monde par Prakrti s’effectue du plus fin au plus grossier, de l’in-volué à l’évolué, du sensible au physique, du psychique au physique. Ainsi, la Prakrti se développe selon un ordre fixe :

  • la Nature fondamentale, Mulaprakrti, Prakrti ou Pradhana, le Préétabli, existant de toute temps,
  • les 7 dérivés de la Nature qui sont : la conscience (buddhi ou Mahat), le moi (ahamkara) et les 5 essences pires des éléments matériels (tanmatra)
  • les 16 modifications qui sont : les 5 facultés de conscience (jnanendriya) c’est à dire les 5 sens; les 5 facultés d’action (karmendriya) dont les organes sont la parole, les mains, les pieds, l’anus et les organes sexuels); l’esprit, manas, centralisateur des données sensorielles et cinesthésiques et élaborateur des idées; les 5 éléments (mahabhuta), l’espace, le vent, le feu, l’eau et la terre
  • et Purusha, l’homme.

Tableau synthétique, cliquez !

Ainsi, toute la création est la manifestation de ce qui est déjà inhérent dans la cause première. Le chemin du yoga consiste à faire le chemin inverse, en remontant les étapes successives depuis les tattvas de la matérialité jusqu’aux tattvas supérieurs. Les différents voiles d’illusion (la maya), l’ignorance (avidya), disparaîtront d’eux mêmes au contact de la Réalité, afin de développer l’unité du Soi.

Le SAMKHYA nous enseigne que le mental modifie le bonheur en misère avec ses projections. Le jnana yoga permet de revenir au premier état. Il permet de contrôler le mental afin d’éviter les hauts et les bas de l’existence. Pour nous au quotidien, il s’agit d’être attentif aux messages des tattvas qui passent par l’interprétation du manas. Et souvenons nous des kleshas (cf les vrttis et les kleshas… tranche de vie à travers le yoga) énumérés dans les Yoga Sutras ! Tout d’un coup, ces éléments sont éclairés par la clé de lecture du SAMKHYA, vous ne pensez pas ?

Je finirai en ajoutant que souvent j’ai indiqué que le yoga n’était ^pas un bond en avant mais un retour sur soi. Notre perception nous fait penser que nous avons évolué. D’une certaine manière oui, mais à bien y réfléchir, nous revenons à l’état d’enfant quand à ce moment là, il n’y avait aucune souffrance …

2 réflexions au sujet de « Samkhya 2 : la composition du monde – les tattvas »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s