J’ai lu : Fierce Medecine de Ana Forrest, épisode 2

C’est la seconde fois que je lis ce livre. Je l’avais trouvé brillant la première fois. Il l’est encore maintenant. On oublie avec le temps, il faut un temps d’intégration.

Je voudrais parler de l’intensité de la pratique en Forrest Yoga. Je ne connais pas Ana Forrest. Mes professeurs ont été Jambo Truong et Charlie Speller, tous deux gardiens de Forrest Yoga, c’est à dire désignés par Ana Forrest pour enseigner le Forrest Yoga et participer à sa diffusion. C’est un choix volontaire de ma part parce que je connaissais surtout Jambo, que la formation avait lieu en Europe et était un peu moins chère qu’avec Ana Forrest. Je ne regrette rien, bien que c’est vrai, j’aimerais rencontrer une fois en vrai Ana Forrest elle-même.

Ana Forrest peut paraître distante sur les photos, voire assez dure. La pratique qu’elle a élaborée est intense, peut être éprouvante. Il n’en est rien. Si vous regardez la photo qui illustre cet article et le précédent (et j’ai fait exprès), je la trouve très belle, très douce. Son regard est chaud et humain. J’ai suivi des cours en ligne avec elle et elle parle doucement, avec humour parfois (elle se marre toute seule sur une ou deux choses qu’elle dit) et personnellement je trouve cela très touchant. Vous allez peut être me dire le contraire : ouvrez juste un instant votre cœur quand vous regardez sa photo ou lisez son livre. Moi j’y sens un grand amour. Pour ce qui concerne la pratique physique : oui elle est intense. Pas pour faire craquer les gens et que cela sorte. L’objectif n’est pas de faire pleurer sur un tapis. L’objectif est de vous faire intégrer votre corps et vos émotions, de les comprendre, de faire face à vos peurs intimes et de les transformer en alliée. il est fort probable que certaines postures représentent un challenge. Oui ! Mais cela doit devenir u jeu et non pas une difficulté, un moment où vous bloquez. C’est le moment de traquer ses peurs ! Et ça, je trouve cela intelligent.

Une grande partie du livre est bâtie sur le fait de se libérer de la douleur. La souffrance étant optionnelle. Ces deux phrases sont d’Ana Forrest elle-même. Mais rappelez-vous le pourquoi du yoga, le point de vue, darshana, du Samkhya ( Samkhya 3 : la souffrance). Qui peut vraiment dire qu’il est venu comme ça au yoga ? Sans besoin de mettre en place quelque chose qui fait du bien ? Nous sommes majoritairement entrainés sur ce chemin pour nous faire du bien. Rien que de partager me fait du bien. Rien que de me mettre sur mon tapis me fait du bien. Rien que de méditer ou chanter me fait du bien.

Ana Forrest dit une chose qui me plait. Elle est arrivée très jeune sur un tapis et elle doit à son premier professeur de l’avoir guidée sur un chemin salvateur et de lui avoir prposée une nouvelle façon d’être une femme. Pour cela il faut d’abord reconnaître sa vulnérabilité. Elle dit avoir eu ce sentiment quand elle a eu son ventre exposée aux yeux de toutes. Mon ventre est, à la fois, cette partie sacrée qui a porté mes deux enfants et en même temps cette zone du corps disgracieuse qui me fait sentir moche à côté de toutes ces filles qui sont tellement minces. Et pourtant, très souvent, je passe ce cap pendant un cours et j’expose mon ventre. C’est une façon de ne plus éprouver de souffrance vis à vis de ce « défaut » comme le décrit la société médiatique surfaite ! En effet, Ana Forrest écrit que « chaque traumatisme doit être démêlé et soulagé, les cicatrices ouvertes, massées et brisées. Le corps peut devenir comme un arbre dont les racines se meurent; les racines doivent être séparés doucement. C’est le rôle thérapeutique du yoga ».

On tient longtemps les poses en Forrest. Et par exemple, les cuisses peuvent se mettre à chauffer ! Cela fait mal ! Il y a le bon mal et le mauvais mal. Le mauvais, c’est celui qui conduit à la blessure. Le bon, c’est juste quand des muscles qui n’ont pas l’habitude de travailler, se réveillent !

Il faut distinguer 3 types de douleur : physique, émotionnelle et spirituelle. Pour y faire face, Ana Forrest met en place la Formule du changement. On le fait tous d’ailleurs … quand on prend nos résolutions. Il s’agit de :

  • reconnaitre qu’on entretient soi même nos mauvaises habitudes,
  • quand on en détecte une, respirer 10 fois
  • de ne pas se punir (c’est ce qu’il y a de pire : l’auto-flagellation !) on devient victime et pas acteur de son propre changement. Il faut au contraire reconnaitre son avancée. C’est comme voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Ou en ce moment avec le covid : soit vous estimez qu’on n’en finira jamais soit vous savez qu’il faut encore tenir un peu pour en être débarrassé
  • et puis faire un pas vers la guérison : cela signifie communiquer avec son corps, le sentir, l’écouter. Les asanas sont faites pour amener le mental vers un état sans perturbation. Mais, pour arriver à cet état, il faut que le corps aussi soit calme. Pour que cela dure, dure longtemps, le travail sur le corps est important (mais pas le plus important !)

Dans la prise en charge émotionnelle et spirituelle, une grande place est donnée à ce qu’on appelle la CEREMONIE. Dans un cours classique vous n’aurez pas de cérémonie. Il faut du temps. La cérémonie c’est quoi ?

Un beau moment de méditation. Cela peut être déconcertant au départ. Sauge, tambour, appel aux 4 directions des Indiens d’Amérique. On se demande ce que c’est. Il faut se laisser porter et écouter. A chaque fois, j’ai la sensation que la personne qui fait la cérémonie, me parle à moi et uniquement à moi. Cela peut être intense en émotion mais, justement, c’est le moment de traquer ses émotions, les accepter pour les remettre à leur juste place. C’est un moment de communion avec votre grand Esprit, votre Âme.

Si vous êtes engagés dans la voie du yoga, vous accordez certainement une importance à la connexion avec votre Âme, Atman (Brahman, Atman, Tu es Cela). Pour avancer, il faut parfois guérir son Âme.

Et puis, après la cérémonie qui plante l’intention de la pratique, tout le monde déroule son tapis pour la partie physique de la pratique. Mais cela, ce sera l’objet de l’épisode n°3 !



Catégories :J'ai lu

Tags:, , , , , , , , , , , , ,

3 réponses

Rétroliens

  1. J’ai lu : Fierce Medicine de Ana Forrest, épisode 3 ou le Forrest yoga et les asanas – AU FIL DU YOGA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :