J’ai lu Fierce Medicine de Ana Forrest : épisode 9 … dans l’ordinaire se trouve l’extraordinaire

Comment vous sentez vous aujourd’hui ? Nous sommes le 11 juillet 2021. Il y a un mois l’essentiel des restrictions dues au COVID 19 a été levé.

Un mois après comment vous sentez vous ?

Confinement, couvre feu, gestes barrières, polémiques … la vie n’est pas dure (n’exagérons pas nous ne mourrons ni de froid, ni de faim, nous ne souffrons aucune guerre, exaction, sécheresse extrême) mais elle peut comporter des obstacles qui peuvent être éprouvants pour notre santé mentale. Et cette crise sanitaire révèle la fragilité de tout un chacun et de notre société qui a mon immense désespoir est devenue très, trop, individualiste.

Ce désespoir doit il conduire à ma perte ? Non, car dans l’ordinaire réside l’extraordinaire comme l’écrit si bien Ana Forrest dans son livre. On l’oublie tellement vite…

Quand nous sentons que nous ne sommes plus en phase, que le doute nous assaille, le questionnement devient incessant, Ana Forrest nous invite à se reconnecter à notre Âme et à créer une sérénade pour elle.

Romance your spirit !

Comment faire ? Être humble et patient. D’ailleurs ce sont les qualités à cultiver pour vivre notre vie. Avec humilité et patience, la vie s’offre à nous et si notre Âme n’est pas au rendez-vous, il s’agit de la séduire, de l’appeler puis de la cultiver.

Où que nous soyons demandons nous en quoi cette connexion est significative pour nous ? Y aurait-il une part de nous même qui refuserait cette connexion ? Dans ce cas-là, pour quelle raison refuserions nous cette grâce dans notre vie ? Comment réagit cette partie de nous qui veut tellement que nous restions soumis, petit et éteint ?

La meilleure façon d’appeler notre Âme est de RESPIRER PROFONDÉMENT. Se dédier à la respiration va inverser la chimie de votre corps, modifier la cohérence de votre cœur, harmoniser les ondes cérébrales. Chaque jour est différent et chaque jour nous devons demander à notre Âme ce que nous pouvons faire pour elle. Il n’est pas question de Foi au sens religieux mais de foi en soi.

Inspirez profondément et répondez à cette question : Toute la semaine passée, vous êtes vous senti connecté à chaque instant avec votre Âme ? N’y a-t-il pas eu un moment où vous vous êtes senti submergé ? Stressé ? fatigué ?

La connexion à l’Âme est un travail de tous les instants car dans la société occidentale, la vie ne suppose pas ses moments de connexions. et pourtant, beaucoup d’entre vous, en considérant leur vie, pourront peut être se dire qu’ils ne font pas exactement ce qu’ils souhaitent du fond du cœur ?

D’ailleurs instinctivement, une des réponses sera : je veux arrêter ce travail, je veux être sur une ile au soleil. Ce que nous appelons du fond du cœur est plus profond, plus relié aux mystères de votre Être. Cela aussi, ce n’est pas aussi évident que cela, parce que nous sommes pris dans différents schémas.

Alors on peut aussi se connecter en retrouvant la notion d’émerveillement, de beauté. La beauté intérieure. La beauté extérieure. L’ordinaire et l’extraordinaire.

Prenons la cigale.

Elle n’est pas particulièrement belle (et encore). Elle chante toute la journée jusqu’à 21h15 (elle est d’une précision de dingue). Beaucoup voudrait s’en débarrasser trouvant son chant saoulant. Moi j’adore. Ce chant vous enivre, prend les rênes du mental pour vous conduire sur une vibration unique où tout d’un coup toutes les idées, les perturbations mentales de Patanjali, disparaissent. C’est extraordinaire ce qu’un chant si ordinaire d’apparence peut créer !

Vivre en connexion avec son Âme suppose peut être de revoir son éthique. Quel est votre code éthique ? Y avez vous déjà pensé ? Si vous êtes prof de yoga, avez vous rédigé un Serment éthique ? Y a-t-il des choses qui vous semblaient indispensables et qui ne le sont plus ? Votre éthique-sert elle votre Âme ?

J’avoue avoir écrit plusieurs fois ce serment. Les choses changent, s’aiguisent, se raffinent. Certains aspects sont extrêmement importants : ce sont eux qui me soutiennent dans les moments compliqués et je m’aperçois que d’autres ne sont pas utiles ou utilisés. Vous pouvez vous essayer à cette exercice après avoir réalisé une série d’abdo en serrant une serviette entre les cuisses (NB : les coudes ne vont jamais en direction des genoux : c’est la meilleure façon de pousser vos organes vers le bas ou dit très abruptement de vous faire du mal) et une série d’uddhyana bandha en horse stance avec traction du dos. Vous avez les pieds en déesse (ou comme si vous montiez à cheval), les mains sur les cuisses, expirez tendez les bras et faites ainsi 3 uddhyana bandha.

Pourquoi ? Notre abdomen stocke un nombre incroyable de croyances, idées préconçues et de stress. Il est temps de s’en débarrasser pour poursuivre votre chemin. Et à chaque fois qu’une intersection se présente où que vous avez le sentiment de faire du sur place, voire de lâcher, répétez ! Votre Âme vous soutiendra. Une dernière chose : ne laissez personne dire ce qu’est votre Âme. Personne. Quand vous l’aurez rencontrée, vous saurez.



Catégories :J'ai lu

Tags:, , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :