Un pavé dans le tapis : le rapport de la Milivudes

La MILIVUDES est la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires. Elle vient de publier, relayé dans les médias, son rapport d’activités et études portant sur les dérives sectaires en France sur la période 2018-2020. Dans ce document, les dérives sectaires dans le monde du yoga et de la méditation sont pointées du doigt.

Cela n’a rien d’étonnant. La renommée grandissante du yoga, l’explosion des cours physiques, des cercles de sororité, des cercles de paroles, de méditation, les stages chamaniques ont vu confluer en même centre une variété d’individus : personnes à le recherche de soutien et charlatans profitant éhontément de la situation.

Combien de vidéos promettent un retour à la santé, une vie nouvelle ? Combien affirment un nouveau départ, une connexion à le vraie personne que l’on est et qui s’ignore ? Combien affichent une nouvelle santé en travaillant sur ses chakras, en faisant un jeûne à l’extrême ?

Avec le pass sanitaire et une vaccination non obligatoire mais fortement mise en avant, les théories du complot, appels à la résistance comme pendant la Deuxième Guerre Mondiale, fleurissent. A l’écœurement. Sur ce sujet, qui m’a poussé à couper les liens avec beaucoup de personnes, oui vraiment beaucoup, j’ai la nausée quand je lis les similitudes avec la Résistance. J’ai eu la chance de visiter les plages du Débarquement, d’aller au Mémorial de Caen, au Mémorial de la résistance dans le Vercors. Quand vous sortez de ces visites, on comprend qu’il n’est absolument pas question de Résistance aujourd’hui. Cela n’empêche pas les gens de défiler pour dire non au pass, c’est une question qui les concerne ou vous concerne si vous êtes dans ce cas. mais sans amalgame. Ce n’est vraiment pas la même chose. Quand aux théories foireuses que je lis ça et là, elles ont pour unique but la défiance, vis à vis d’un pouvoir politique en place et comme d’habitude d’opposer la société. Du chaos certaines personnes se nourrissent.

Mais revenons à la MILIVUDES. Celle-ci attirent l’attention sur les dérives sectaires dans le monde du yoga, la méditation et la sphère bouddhiste. « (…) le risque de dérive résidera davantage dans la personnalité particulière du maître et de ses agissements sur les membres de sa communauté. Parfois, cela peu également provenir directement des injonctions ou orientations du groupe lui-même en proie à des dévoiements. Enfin, dans bon nombre de cas, le danger réside dans la déstabilisation et la fragilité induite chez l’adepte qui devient vulnérable et manipulable au sein d’un groupe constitué fonctionnant souvent en vase clos et coupé volontairement du monde extérieur. »

Les problématiques soulevées, peuvent paraitre être des évidences, mais il est parfois bon de le rappeler (cf. p 96-97 du rapport) :

  • « des personnes qui donnent beaucoup de leur temps à la structure religieuse cela pouvant excéder le simple bénévolat, avec par exemple la commission d’infractions en lien avec du travail illégal et / ou dissimulé
  • des personnes qui donnent beaucoup d’argent lors de stages coûteux (…)
  • des personnes décidant d’abandonner leur traitement médical pour être soignées via les seules indications et préceptes du groupe ou du leader spirituel charismatique (…)
  • et ce jusqu’à l’obtention parfois en plus de faveurs sexuelles, d’abus sexuels et de viols réalisés en interne de ces communautés par les dirigeants sur des personnes asservies par le biais de processus de manipulation et d’emprise psychologique. »

Comment en arrive-t-on là ?

Qui n’a jamais lu, vu, entendu le slogan  » Débarrassez vous de ces vies antérieures et liens qui vous rattachent au passé », ou « purification nécessaire de soi », « la pensée est inutile voire dangereuse puisque mensongère; l’ego est un obstacle à la découverte de soi, donc il doit être éliminé » ou « on vous propose un épanouissement physique, psychique ou spirituel » ?

Attention ! Tout n’est pas négatif … heureusement. Ce sont les dérives (comme d’hab !) qui sont visées.

Quels sont les risques identifiés par la MILIVUDES (cf pp. 114-116) : ce qui est annoncé ne correspond pas à ce qui est proposé, les promesses sont trompeuses, les coûts sont élevés, la personne peut perdre ses repères, être en rupture, s’isoler, ou déstabilisée psychologiquement.

Se faire avoir ? Pas difficile. Quand vous souffrez physiquement, vous cherchez ailleurs et vous croyez la promesse de celui qui annonce pouvoir vous guérir. Il y aura celui qui met les mains sur votre crâne pour vous repositionner les énergies dans le bon sens, ou bien vous tiendrez des heures une fiole contenant un truc inconnu qui va vous guérir. J’en passe …

Bien entendu dans ces cas là l’honnêteté du « guérisseur » n’existe pas. C’est une personne qui est en position dominante vis a vis d’une personne en état de faiblesse. Elle en abuse.

Là où cela devient plus difficile pour le professeur de yoga, là où la frontière est floue, c’est sur la partie psychique / psychologique. Et ce que je vais écrire est transposable dans toutes les situations de la vie.

Beaucoup de personnes se tournent vers le yoga parce qu’elles sont stressées, fatiguées. Sur le tapis, le pratiquant dépose beaucoup de choses. Parfois dans un simple cours. Le plus souvent au cours d’une pratique physique intense lors d’un atelier ou une formation. Le professeur de yoga devient plus que le professeur : il devient le dépositaire d’un pouvoir : celui de thérapeute…. qu’il n’est pas (sauf ceux qui ont un diplôme de médecine et osthéo et kiné). Le bon prof sait mettre en place un espace de sécurité où la personne se sent bien. Et la personne va verbaliser.

Beaucoup vont laisser verbaliser et puis après salut au revoir. La verbalisation en tant que telle est bonne et on ne peut pas l’éviter. Mais c’est à de moment là que le prof de yoga doit réaliser qu’il n’est peut être pas outillé pour répondre à son serment de prof et aider la personne : AIDER ! On veut tous aider mais est ce que l’on sait aider ?

Vous le savez j’ai déjà écrit que le prof de yoga n’est pas un thérapeute ( cf Le prof de yoga, thérapeute ?). Je en suis pas thérapeute malgré mes heures de formation initiale et continues, mes lectures de tous les côtés, mes longues discussions avec des cliniciens. Et c’est là qu’à mon sens le prof de yoga doit être vigilant : il peut faire partie d’un processus, participer mais ce n’est pas lui qui va guérir. D’abord parce que la guérison c’est la personne elle-même qui la porte mais en plus parce que si le prof dit « je vais te guérir », là il y a dérive. Cela signifie donc systématiquement que le prof doit dire qu’il n’est pas thérapeute, qu’il doit être très clairs sur ces certifications, qu’il doit être honnête avec lui-même et avec son client / élève, et qu’il doit adresser la personne vers soit un médecin spécialiste d’une partie du corps ou un psychiatre / psychologue. Le prof de yoga n’est pas dépositaire d’un quelconque pouvoir. Parce qu’il est aussi élève, parce qu’il ne sait pas. Par contre, il peut accompagner, écouter et travailler en concertation avec les thérapeutes de l’élève pour concourir à un mieux être.

Je crois que, parfois, on donne de faux espoirs. On ne le fait pas exprès, en tous les cas pour les profs honnêtes. Il y a cette foi qui nous anime et qui pousse à aider. Cette qualité d’empathie. Mais cette empathie a un coût car vous vous retrouvez à porter l’énergie de l’autre. Vous vous sentez aspiré à la fin d’un cours, complètement vanné ? Vous avez tout donné, probablement trop (vous avez dépassé votre limite). Alors, je crois qu’il est hyper important (et j’utilise hyper à escient) de réfléchir à son éthique en tant que prof de yoga. Mon prochain article portera spécifiquement sur cette problématique où je me trouve actuellement. Mais d’ores et déjà par rapport à cette étude de la MILIVUDES, il est nécessaire d’être au clair et de revoir son éthique. Même pour le prof qui ne fait que des séances physiques sans trop discuter avec les élèves : donnez vous des indications claires ? proposez vous des alternatives aux poses de la séance ? proposez vous des accessoires ? connaissez vous les antécédents médicaux de vos élèves : sciatique, hernie, glaucome, hypertension, prolapsus, ménisques flingués ? aidez vous vos élèves avec vos mains ? connaissez vous le nom de vos élèves ? encouragez vous vos élèves ? regardez vous les élèves bouger et respirer ? souriez vous ? avez vous communiqué votre numéro de téléphone personnel ? êtes vous disponible pour discuter en fin de cours ? Comment êtes vous habillé ?

Ça fait beaucoup ? Oui. Et ce n’est pas fini. Je vous invite à lire le prochain article qui viendra compléter celui-ci. La réflexion est importante. Pourquoi : parce qu’elle conduit à éviter les dérives visées par la MILIVUDES. Ces dérives sont en partie liées à l’absence de réglementation du milieu : je ne prêche pas pour que le milieu du yoga soit réglementé. Je prêche pour une véritable ETHIQUE du professeur. Et quand je dis cela, cela ne signifie pas qu’il n’y en a pas. Je dis simplement que cela doit être le moment de réévaluer notre éthique et de voir ce qu’il faut éviter pour que la pratique du yoga perdure dans ce qu’elle a de plus beau.

En lien, le rapport. Bonne lecture !

https://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miviludes/rapports-annuels/rapport-annuel-dactivit%C3%A9-2016-2017



Catégories :Réflexions

Tags:, , , , , , , , ,

4 réponses

  1. Votre article est très intéressant, bravo pour ces écrits constructifs j aime beaucoup vous lire

    Aimé par 1 personne

  2. Pavé dans l’étang boueux mais seul de l’etang boueux peut fleurir le lotus…. Oui, tout se confond, les scandales autour de Sogyal Rinpoché, dénoncé par sa lignée et par le Dalai Lama lui-même, Osho, le fondateur du bikram, les charlatans du chamanisme, du kundalini, de la transe plus ou ou moins psychedelique ou cognitivep, du yoga fitness sur fond de techno, les enseignants qui se vantent sans vergogne d’avoir participé a 2 cours en vrai depuis qu’ils enseignent et ainsi de suite…. Et puis tous les profs qui veulent gagner leur vie et se laissent depasser, tout ceux qui croient profondement a leur dons de canalisation, guerison,….. Faire son chemin, dans l’etang, necessite de plonger,…. J’enseigne sous la conduite d’un medecin, la meditation MBSR et MBCI,… En septembre, comme l’an dernier, vont arriver de nouveaux meditants parfois tres experimentes et a un moment au bout de 2 ou 3 mois, il y a toujours un derapage…. On me demande si la mindfulness va reduire les cellules cancereuses ou ralentir un parkinson, ahhh la pensee magique… Que faire a ce moment? Laisser la pensee magique prendre la forme du lotus graal ou dire je ne sais pas… La meditation intensive n’a pas reduit ma maladie genetique mais permis de l’accepter et de me reconcilier avec mon corps qui s’ouvre peu a peu comme un lotus…. Les gens a qui on repond je ne sais pas, ne reviennent pas…. Je suis benevole, j’ai le choix de dire ce que je sens profondément, l’impermanence et mon ignorance mais l’enseignant qui a d’autres responsabilites et charges que morales peut laisser flotter la pensee magique, c’est le debut: je ne fais pas de mal, j’aide les gens, si ce n est pas moi, ils tomberont sur pire, et je prends pas cher en plus, regardez comme ils sont detendus…. Le fond de l’etang boueux est pave de bonnes intentions.
    Tu penses trop pour vivre sereinement du yoga 😂😂 mais je te rejoins completement 🙏

    Aimé par 1 personne

    • Oui à tout ! Et heureusement que je n’en vis pas ! J’essaie juste de ne pas déraper … la pensée magique, tout le monde l’utilise. C’est quand elle est détournée à escient qu’elle est dangereuse .. et parfois je pense’le yoga, et heureusement parfois je le vis 🤣🤣 c’est vrai je suis une cérébrale … j’essaie de m’améliorer !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :